LOGO (2).jpg

[Exposition] Les trésors de l’Islam en Afrique à l’honneur à l’Institut du Monde Arabe


Du 14 avril au 30 juillet, l’Islam en Afrique s’expose à l’Institut du monde arabe. Un événement qui s’annonce passionnant et instructif.


En avril prochain, l’Institut du monde arabe nous emmènera de Tombouctou à Zanzibar. C’est le titre de l’exposition consacrés au « Trésors de l’Islam en Afrique », qui se déroule du 14 avril au 30 juillet à Paris. Pendant cette période, l’Institut du monde arabe mettra à l’honneur « des sociétés fortes de treize siècles d’échanges culturels et spirituels avec le Maghreb et le Moyen-Orient », indique le site de l’institut. Cette exposition, qui regroupera trois-cents œuvres, qui traiteront autant d’archéologie que d’architecture, de patrimoine immatériel et d’art contemporain, aura pour objectif, indique l’Institut du monde arabe, de « témoigner de la richesse artistique et culturelle de la pratique de l’Islam en Afrique subsaharienne. »


Un voyage à travers les âges


Au-delà de l’art, l’exposition « Trésors de l’Islam en Afrique » revient également sur une partie de l’histoire du continent. « Le premier temps du parcours entraîne le visiteur à travers les âges », résume l’IMA. En effet, l’Islam est arrivé en Afrique subsaharienne il y a treize siècles. Petit à petit, la Corne de l’Afrique et la vallée du Nil, l’aire swahilie et l’Afrique de l’Ouest ont vu arriver la religion musulmane. A travers les œuvres présentées à l’Institut, les spectateurs pourront observer comment cette foi s’est exprimée depuis toutes ces années. Ce sera également l’occasion de découvrir l’architecture religieuse et les pratiques cultuelles de l’Afrique. « Des vidéos immersives de cérémonies nous plongent au cœur de la spiritualité soufie en Afrique », indique la direction de l’Institut du monde arabe.



Cet article est un article de Salma Ben Taïeb publié sur le site LeMuslimPost


Pour plus d'infos, notamment sur les tarifs, n'hésitez pas à faire un tour sur la page de l'événement sur le site de l’Institut du Monde Arabe en cliquant ICI