LOGO (2).jpg

[Rencontre - Projection - Débat] Le féminisme français est-il aveuglément blanc ?


Pour le troisième volet du cycle des rencontres #Rokmyworld au CENTQUATRE-PARIS, Rokhaya Diallo animera une discussion autour du féminisme français. Le débat se tiendra en présence des réalisatrice du documentaire "Je ne suis pas feministe, mais..." Sylvie et Florence Tissot , de la théoricienne féministe, militante et fondatrice du MLF Christine Delphy, de doctorante en sociologue et afrofeministe Hanane Karimi et de Kyémis, étudiante et auteure afrofeministe.

ATTENTION : NOMBRE DE PLACES LIMITE, SEULES LES PREMIERES PERSONNES QUI CONFIRMERONT POURRONT ASSISTER A L'EVENEMENT

Le documentaire "Je ne suis pas feministe, mais..." dresse le portrait de Christine Delphy théoricienne féministe, militante et fondatrice du MLF.


« Je ne suis pas féministe, mais… » Cette expression est évoquée par Christine Delphy lors d’une émission télévisée où elle est invitée avec Simone de Beauvoir en 1985. C’est la phrase rituelle que beaucoup de femmes ont pu prononcer un jour, par peur d’employer un mot stigmatisé, mais pour s’autoriser quand même à exprimer un désir d’égalité. Ce portrait retrace les luttes, d’hier à aujourd’hui, pour faire avancer la cause des femmes.


LES INTERVENANTES


Christine Delphy (née en 1941) est une sociologue française, chercheuse du CNRS depuis 1966 dans le domaine des études féministes ou études de genre. Elle est une des cofondatrices de Nouvelles Questions féministes, une revue qui introduit entre autres le concept de genre et le courant intellectuel du féminisme matérialiste, catégorie qu'elle forge en 1975.

Son activité militante commence en 1964-65 aux Etats-Unis au sein d’une organisation de droits civiques, la Washington Urban League. En France, à partir de 1968, elle est active dans différents groupes féministes qui donneront naissance en 1970 au Mouvement de libération des femmes, dont elle est l'une des fondatrices. Dans les années 2000-2010 elle s’engage dans des cercles de réflexion critique du libéralisme tels la Fondation Copernic puis dans le combat contre la loi sur les signes religieux dans les écoles publiques françaises votée en 2004 et plus généralement dans la lutte contre l'islamophobie. Elle s’est également mobilisée contre la guerre en Afghanistan en 2001, et plus récemment contre les opérations militaires françaises en Afrique et au Moyen Orient.



Sylvie Tissot, sociologue, est professeure au département de science politique de l'Université Paris 8. Elle co-anime le site Les mots sont importants. Son dernier ouvrage porte sur la gentrification aux Etats-Unis (De bons voisins, Enquête dans un quartier de la bourgeoisie progressiste, 2011).


Après avoir été programmatrice aux cinémas d’art et essai Curzon de Londres, Florence Tissot travaille aujourd’hui à la Cinémathèque française. Elle a écrit dans plusieurs revues cinéphiles et catalogues d’exposition. Elle milite au sein du Deuxième regard, association féministe de professionnels du cinéma.




Hanane Karimi est doctorante en sociologie à l'université de Strasbourg au laboratoire Dynamiques Européennes. Sa thèse porte sur la capacité d'agir de femmes musulmanes en France dans un contexte social et politique d'extension de la neutralité religieuse à travers la "nouvelle laïcité" du 15 mars 2004. Elle analyse les répercussions de cette loi sur ces femmes dans les champs politique, économique et religieux et analyse les enjeux féministes autour de cette question. Elle travaille sur le genre, l'islam, l'islamophobie, le sexisme avec une approche féministe et intersectionnelle.


À la fois étudiante en master de Sciences Politique et auteure afroféministe écrivant pour le média Atoubaa et webzine Deuxième Page, on peut retrouver Kiyémis sur son blog Les Bavardages de Kiyémis.


Pour confirmer votre présence, envoyer votre mail à l’adresse suivante : CONTACT@ROKHAYADIALLO.COM

Avec le message suivant (par exemple) :


Bonjour, Je souhaiterai confirmer ma présence a la rencontre du Samedi 18 Mars 2017 à 17h00 au 104 - Paris Cordialement,



Le CENTQUATRE-PARIS

Adresse : 104 Rue d'Auberviliers, 75019 Paris Accès Métro : Riquet (ligne 7), Stalingrad (lignes 2, 5 et 7) et Marx Dormoy (ligne 12) Accès en Bus : arrêts Crimée ou Crimée/Curial (lignes 54 et 60), arrêt Riquet (ligne 54) et arrêt Riquet ou Curial/Archereau (navette "La Traverse") Accès TRAMWAY / RER : Située à seulement 8 minutes à pied du CENTQUATRE-PARIS (entrée rue Curial), la gare Rosa Parks est ouverte depuis le 13 décembre 2015. RER (ligne E) et tram (ligne T3).