LOGO (2).jpg

Abd el-Hafîd Benchouk : Sur la sagesse..


Le croyant est à la recherche de paroles de sagesse ; où qu'il les trouve, il est le plus en droit de les faire siennes.

Rapporté par Ibn Majah


La sagesse est universelle, elle n'est pas l'apanage d'une religion, d'une civilisation, d'un peuple pi d'une philosophie particulière. La sagesse appartient à l'humanité toute entière parce que chacun et chacune est, de droit, un chercheur de sagesse. La philosophie, qui est devenue aujourd'hui l'apanage de quelques universitaires, est en réalité destinée à tout un chacun.


Il n'est pas nécessaire de savoir faire de grands discours pour être philosophe, il suffit d'être à la recherche de la paix intérieure, et, en cela, tout chercheur de vérité est un philosophe. Qu'est-ce que la sagesse ? Aristote nous dit dans son Éthique à Nicomaque (VII, 12) que "le sage poursuit l'absence de douleur et non le plaisir. "


Dans le Coran, nous trouvons ce verset :


"Il donne la sagesse (al-hikma) à qui Il veut. Et celui à qui la sagesse est donnée, vraiment, c'est un bien immense qui lui est donné."

Coran 2, 269


La sagesse est précieuse, et le chercheur sincère peut la trouver à tous les coins de rue. En toute occasion nous pouvons tirer des leçons de sagesse : elle vient à celui ou à celle qui la cherche. Avant d'être une acquisition, elle est une prédisposition. Une prédisposition à entendre ce qu'il y a derrière les mots, ce qu'il y a au-delà du sens apparent de ce que l'on vit, de ce que l'on entend, afin de comprendre la cause profonde des événements.


La sagesse consiste à ne pas juger hâtivement les uns et les autres.


Extrait : Le langage du cœur par Abd el-Hafîd Benchouk p. 141 à -143