LOGO (2).jpg

Anecdote sur Rumi : Matérialité éphémère ou éternité ?



Un jour Rumi demanda à un de ses contemporain s'il aimait ce monde ou s'il préférait sa foi ?

L'homme lui répondit qu'évidemment il préférait ses biens, sa famille, ses enfants (etc.) car ils lui sont chers.

Rumi lui répondit alors qu'il mentait puisque lorsqu'il mourra il abandonnera tout cela. Il fait donc parti des personnes qui aime ce qui est éphémère…


Par ailleurs, nous pouvons lire dans le Coran :

"S’il n’était pas à craindre que l’humanité ne forme une seule communauté d’impies, Nous aurions pourvu les maisons de ceux qui ne croient pas au Miséricordieux de toits d’argent, avec des escaliers pour y accéder, de portes et de lits pour qu’ils puissent s’y reposer, et Nous aurions couvert le tout d’ornements dorés. Mais tout cela n’aurait été qu’une jouissance éphémère d’ici-bas, car, pour ton Seigneur, la vraie vie est celle qui est dans la vie future et qu’Il réserve à ceux qui Le craignent."


Coran 43, 33 à 35, Traduction du Noble Coran par Mohamed Chiadmi (2013)


Enseignement : Les biens éphémères sont donc une grande épreuve, cela à tel point que le premier pas vers la sagesse est de bien distinguer le lien entre les passions de ce monde et l'au-delà.


Puisse t-Il nous accorder sagesse et discernement. Amin


Enseignement tiré de la masterclass d'effendi Kudsi Erguner dans le cadre des masterclass de la Plateforme Sufi Heritage du Festival de Fès de la culture Soufie.