LOGO (2).jpg

[Café littéraire] Le vieil homme et la mer, Ernest Hemingway





"Tu veux ma mort, poisson, pensa le vieux. C'est ton droit. Camarade, je n'ai jamais rien vu de plus grand, ni de plus noble, ni de plus calme, ni de plus beau que toi. Allez, vas-y, tue-moi. Ça m'est égal lequel de nous deux qui tue l'autre. Qu'est-ce que je raconte ? pensa-t-il. Voilà que je déraille. Faut garder la tête froide. Garde la tête froide et endure ton mal comme un homme. Ou comme un poisson."


Extrait : Le vieil homme et la mer, Ernest Hemingway - Editions Folio, 148 pages.

Parution initiale aux éditions Gallimard, 1952.






 

Au sujet d'Ernest Hemingway et de ce roman


Le Vieil Homme et la Mer (The Old Man and the Sea) est un roman court écrit par l'écrivain américain Ernest Hemingway à Cuba en 1951 et publié en 1952. Il s'agit de la dernière œuvre de fiction majeure produite par Hemingway et publiée de son vivant. Elle demeure son œuvre la plus célèbre. Elle traite d'un vieux pêcheur cubain appelé Santiago, en lutte avec un énorme marlin au large du Gulf Stream.


Bien que le roman ait été l'objet de critiques disparates, la sélection de son auteur pour le prix Nobel de littérature en 1954 réaffirme dans la littérature mondiale l'importance et la portée de l'ensemble des créations de Hemingway et dans la fiction du XXe siècle.


Cet ouvrage lui valut le double honneur du prix Pulitzer le 4 mai 1953 et du prix Nobel de littérature en 1954.


(Source : Wikipedia)


Ernest Hemingway est un écrivain, journaliste et correspondant de guerre américain né en 1899 à Oak Park, près de Chicago. Malade, il se suicide avec son fusil dans sa propriété en Idaho en 1961.

 

Résumé


Ce roman raconte le combat épique entre Santiago un vieux et pauvre pêcheur cubain de la Havane et un poisson.


Depuis 84 jours Santiago n'a pas réussi à pécher un seul poisson. Fort de ces échecs, son ami et apprenti, un jeune garçon a dû à contrecœur arrêter d'aller en mer avec lui sous la pression de sa famille qui estime que Santiago porte malheur.


Au jour 84, Santiago décide d'aller tout seul en mer, décidé à ne pas rentrer tant qu'il n'aura pas une belle prise. Finalement, à force de patience, de persévérance et de chance, il réussi à faire une belle prise, un énorme poisson qui lui donne beaucoup de fil à retorde puisqu'il réussi à le capturer au bout de plusieurs jours.


Santiago peut enfin rentrer à la Havane, mais c'est sans compter les meutes de requins qui suivent les traces de sang du poisson. Sain et sauf, il réussi finalement à rentrer à bon port mais que restera t-il de ce bel espadon ?


L'avis de Mystikal Dem Dikk :


Ce roman se lit tout seul et la façon dont l'auteur raconte le lien intergénérationnel entre le "gamin" et Santigo pousse à la réflexion. J'ai apprécié la simplicité du style d'Ernest Hemingway en outre la lecture de cette histoire tel un conte, nous incite à nous questionner sur le rapport de l'Homme à la mer mais également sur le sens de l'effort, de la défaite et de la victoire.

Mots-clés :