LOGO (2).jpg

Kitab al Wasâyâ - Paroles en or, Ibn 'Arabi : Garde-toi de lâcher celui qui te demande secours (33)


Par le Nom d'Allah, le Tout-Rayonnant d'Amour, le Très-Rayonnant d'Amour



Recommandation 33 : Garde-toi de lâcher celui qui te demande secours



Fais triompher ton frère, qu’il soit injuste ou victime d’une injustice. Le fait de faire triompher celui qui est injuste, c’est dans la mesure où il est victime d’une injustice. En effet, le démon a été injuste envers lui par ce qu’il lui a suggéré intérieurement comme injustice à commettre contre autrui. Tu le fais triompher en ce sens que tu l’aides à repousser ce que le démon lui a suggéré en lui faisant voir l’injustice commise contre autrui au point qu’il fut appelé un homme injuste. Son secours n’est dû qu’au fait d’être victime de celui qui lui a suggéré cela intérieurement et s’est interposé entre cet homme et la guidance qui a son bien mais que le démon lui fait troquer contre l’égarement. Ainsi, cet homme a acheté l’égarement contre la guidance et il fut appelé injuste. Et toi tu lui as montré cela par ton conseil et tu lui as donné ton avis prouvant que cette opération commerciale est nulle et qu’elle n’est pas permise légalement, donc impossible à conclure et que cette transaction est perdante et que son commerce est condamné. Tu l’as ainsi fait triompher bien qu’il fût injuste car il est revenu sur son injustice et s’en est repenti, ce qui constitue l’annulation de cette transaction. Dieu – qu’Il soit exalté – dit sur ce genre d’hommes :

« Ce sont eux qui ont troqué la guidance pour l’égarement : leur troc ne leur a pas été profitable car ils n’ont pas fait le bon choix » (Coran, 2/16).

Garde-toi donc de lâcher celui qui te demande secours, car Dieu – qu’Il soit exalté – a dit, malgré le fait qu’Il se passe totalement de toi : « Si vous apportez votre soutien à Dieu, Il vous accordera la victoire » (Coran, 46/7). Il vous a demandé de Lui apporter le soutien et ce n’est que cela.

Ne sois donc pas injuste contre cet homme, car l’injustice deviendra des ténèbres au jour de la résurrection. Du reste, celui qui cherche à commettre une injustice ne sait pas quand il tombe dans le précipice et n’a pas idée des monstres nuisibles qui l’attaqueront sur le chemin et le conduiront à sa perte.

Je te recommande aussi de ne mépriser aucun être parmi les créatures de Dieu, car Dieu ne l’a pas méprisé en le créant :

Ne méprise les serviteurs de Dieu, car ils ont

Une valeur, même si on a collecté pour toi les propos.

C’est qu’il ne convient pas que tu méprises celui que Dieu, de par la manifestation de Sa providence, le fait existencier à partir du néant. Car dans cette attitude, il y a une attitude d’impudence et de mépris envers Celui qui l’a existencié. Nous cherchons refuge auprès de Dieu contre le fait d’être des ignorants ! En effet, cela relève des pires péchés majeurs. C’est que le tout fait parti des bienfaits de Dieu qui sont une nourriture pour les serviteurs de Dieu, quels qu’ils soient. Le Prophète a dit : « Qu’aucune d’entre vous ne méprise ce qu’elle offre à sa voisine, même s’il s’agit d’un pied de chèvre ! ». Car le mépris n’est que pure ignorance.

Ne soit donc pas, ni celui qui maudit souvent, ni celui qui insulte, ni celui qui diffame car maudire le croyant, c’est comme le tué. Jésus – que la Paix soit sur lui – ayant rencontré un porc lui dit : « sauve-toi en paix ! » On l’interrogea à ce sujet et il répondit : « Je ne veux habituer ma langue qu’à dire du bien. »

Sois donc toi-même un beau discours. D’ailleurs j’ai dit ces vers à ce sujet :

Les hommes ne sont tous qu’un discours ;

Sois donc le meilleur discours qu’on entend.

Et lorsque tu es piqué par une épine de leur part,

Sois donc le plus puissant bouclier qui repousse.

Si tu es de la sorte au milieu d’eux,

Par Dieu tu es un imam utile.

La bougie ne fait que nuire à elle-même, pourtant

Elle est pour celui qui regarde une lumière éclatante.

La vilenie que tu connais n’est au fond

Qu’un bienfait aux mains d’un empêcheur.


Extrait Kitab al Wasâyâ - Paroles en Or d'Ibn 'Arabi, traduit en français par Mohamed Al-Fateh.