LOGO (2).jpg

Le djihad ou la résistance, une lutte au quotidien 4/5



La purification est la moitié de la foi. Dire : « Louange à Dieu [Hamdou lillah], remplit la balance. Dire : « Gloire à la transcendance de Dieu, louange à Dieu [Soubhanna Allah, Hamdou lillah] », remplit l’espace compris entre le ciel et la terre. La prière est lumière. L’aumône est une preuve. La patience est flamboiement. Le Coran est argument en ta faveur ou contre toi. Chaque homme part le matin pour faire commerce de son âme, la sauvant, ou la faisant périr.

Hadith rapporté par Mouslim et at-Tirmidhi (Les quarante hadiths d’an-Nawâwî)


« Un jour que nous étions assis auprès de l’envoyé de Dieu voici qu’apparut à nous un homme aux habits d’une vive blancheur, et aux cheveux d’une noirceur intense, sans trace visible sur lui de voyage, personne parmi nous ne le connaissait. Il vint s’asseoir en face du prophète plaça ses genoux contre les siens et posant les paumes de ses mains sur ses deux cuisses, il lui dit :


- « O Muhammad : informe-moi au sujet de l’Islam. »


L’envoyé de Dieu lui répondit :


- « L’Islam est que tu témoignes qu’il n’est de divinité si ce n’est Allah et que Muhammad est l’envoyé d’Allah ; que tu accomplisses la prière ; verses l’aumône, jeûnes le mois de Ramadan et effectues le pèlerinage vers la maison sacrée si tu en as la possibilité.


- Tu dis vrai ! » dit l’homme.


Nous fûmes pris d’étonnement de le voir, interrogeant le Prophète, approuver. Et l’homme de reprendre :


- « Informe moi au sujet de la foi


- La foi (al- îmân), c’est de croire en Allah, en ses anges, en ses livres, en ses prophètes, au jour Dernier et de croire dans le destin imparti pour le bien et le mal.

- Tu dis vrai, » répéta l’homme qui reprit en disant :

- « Informe moi au sujet de l’excellence

- L'excellence (al-Ihsân) c’est que tu adores Dieu comme si tu Le voyais, et si tu ne le vois pas, sache que Lui te voit. »


L’homme dit :


- « Informe moi au sujet de l’heure. »


Le prophète répondit :


- « L’interrogé n’en sait pas plus que celui qui l’interroge. »


L’homme demanda alors :


- « Quels en sont les signes précurseurs ?


- C’est lorsque la servante engendrera sa maîtresse, et lorsque tu verras les pâtres miséreux, pieds nus et mal vêtus rivaliser dans l’édification de constructions élevées. »


Là-dessus l’homme s’en fût. Quant à moi je restai un moment. Ensuite le prophète me demanda :


« - O, Omar ! Sait tu qui interrogeait ? »


Je répondis :


- « Allah et son envoyé en savent plus, » dit le prophète.


- « C’est Gabriel qui est venu vous enseigner votre religion. »

Dans la tradition islamique, ce célèbre hadith de l’ange Gabriel rapporté par Muslim notamment, nous renseigne sur trois notions fondamentales que sont l’islam, l’iman et l’ihrsan. (Voir Les quarante hadiths d’an-Nawâwî)


En effet, dans ce hadith, le prophète Muhammad définit l’islam comme étant le fait de témoigner qu’il n’y a pas d’autre(s) divinité(s) – à juste titre d’être adorée(s), excepté Dieu (ach-adou an la ilaha illa Allah) et j’atteste que Muhammad, est Son messager (wa ach-adou ana Mohammadane rassoulou Allah).


Cette double attestation constitue le credo de l’islam et constitue l’essence de la notion de tawhid qui est au centre de la spiritualité musulmane. Vivre au quotidien le tawhid ou la réalité de l’unicité de Dieu, en faisant l’effort du djihad, c’est le refus absolu du polythéisme, c’est-à-dire la volonté, de ne rien associer à Dieu au quotidien.


Par ailleurs, il est intéressant de constater qu’une grande partie des premiers versets coraniques révélés au prophète Muhammad (voir les sourates mecquoises révélées environ de l’an 610 à l’an 622 du calendrier grégorien) traitent principalement du tawhid et de ses conséquences, ainsi que d’al iman, notion que nous définirons ultérieurement. C’est dire l’importance de ces notions !


Intérioriser le tawhid conduit l’individu à résister aux soifs des passions de son nafs – ego et à ne pas s’y soumettre. Le risque étant de les mettre au même niveau que Dieu. Ne rien associer à Dieu car sinon ça serait le risque de se rendre esclave de ce qu’on Lui associe, et, qui pourtant n’est rien. Cela reviendrait aussi à prendre ses illusions pour la réalité.


Toujours selon le prophète Muhammad, l’islam c’est aussi accomplir la prière, s’acquitter de la zakât (l’aumône légale), jeûner le mois du ramadan et effectuer le pèlerinage à la Mecque (pour celles et ceux qui en ont les moyens). On pourrait résumer cela par : maintenir et purifier son lien avec Dieu, avec la communauté des Hommes et avec l’environnement de façon générale (la zakat ne s’adressant pas uniquement aux seuls Musulmans), et être un témoin. Ces cinq piliers ont donc autant une dimension comportementale qu’une dimension psychologique et spirituelle. L’islam prônant notamment l’altruisme, la bienfaisance, la charité, la bienveillance, l’équité et la justice.

N’est-ce pas que Dieu a mis à votre portée des choses dont vous pouvez faire aumône ? Chaque glorification [Tasbiha] est une aumône, chaque célébration de la grandeur (d’Allah) [Takbira] est une aumône, chaque louange [Tahmida] est une aumône, chaque célébration de l’unicité [Tahlila] est une aumône, chaque fois que vous ordonnez le convenable est une aumône, chaque fois que vous empêchez le blâmable est une aumône, chaque fois que vous faites acte de chair, vous faites une aumône.

Hadith authentique rapporté notamment par Ahmad et Mouslim (Les quarante hadiths d’an-Nawâwî)

Certes, Dieu commande l’équité, la bienfaisance et l’assistance aux proches. Et Il interdit la turpitude, l’acte répréhensible et la rébellion. Il vous exhorte afin que vous vous souveniez.

Coran 16, 90

Certes, Dieu est avec ceux qui [L’] ont craint avec piété et ceux qui sont bienfaisants.

Coran 16, 128

Ô les croyants ! Observez strictement la justice et soyez des témoins (véridiques) comme Dieu l’ordonne, fût-ce contre vous-mêmes, contre vos pères et mères ou proches parents. Qu’il s’agisse d’un riche ou d’un besogneux, Dieu a priorité sur eux deux (et Il est plus connaisseur de leur intérêt que vous). Ne suivez donc pas les passions, afin de ne pas dévier de la justice. Si vous portez un faux témoignage ou si vous le refusez, [sachez que] Dieu est Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites.

Coran 4, 135


On peut également rappeler le propos attribué au prophète (hadith) nous disant que nous ne serons vraiment croyant qui si nous aimons pour autrui ce que nous aimons pour nous-mêmes..



La foi – al imane, est défini par le prophète Muhammad dans ce hadith comme étant le fait de croire en Dieu, en Ses Anges, en Ses Livres sacrés, en Ses Messagers, au Jour Dernier et en la prédestination. En ce qui concerne ces six articles de la foi, la aquida, ou la science qui concerne l’invisible et le mystère, est une branche islamique qui permet de discourir à ce sujet.


La foi s’associe ici à la croyance, mais aussi et surtout à la recherche de la connaissance qui permet entre autre d’approfondir sa connaissance de Dieu et de Ses attributs, sa connaissance de l’âme, de la liberté […]. Il est important de préciser que la aquida s’intéresse également au rapport entre foi et rationalité.


Une fois de plus cette foi (et l’éthique qui en découle), devra s’actualiser dans le comportement quotidien de l’individu. De plus, et comme vu précédemment, en islam, c’est le cœur qui est au centre de tout, et qui purifié, agira sur le reste de l’individu.


Il y a dans le corps un morceau de chair qui, s’il est sain, rend tout le corps sain ; mais s’il est corrompu, tout le corps devient corrompu. Eh bien ! Il s’agit du cœur.

Hadith authentique rapporté par Boukhari et Mouslim (Voir les quarante hadiths d’an-Nawâwî)


Par ailleurs, l’islam depuis ses débuts prône le bon caractère et le bon comportement (al akhlaq) ou les bonnes convenances comme le hadith et les versets coraniques ci-dessous en témoignent :


Prémunis-toi envers Dieu où que tu sois. Fais suivre la mauvaise action d'une bonne action, celle-ci l'effacera. Comporte- toi avec les gens en faisant preuve d'une haute moralité.

Rapporté notamment par Ahmad et at-Tirmidhi (Les quarante hadiths d’an-Nawâwî)


Non, mais quiconque soumet à Dieu son être tout en étant faisant le bien (muhsin), aura sa rétribution auprès de son Seigneur. Pour eux, nulle crainte, et ils ne seront point attristés.

Coran 2, 112

Certes Dieu commande la justice (bil adli) et la bienfaisance (wal ihsâni) et l’assistance aux proches. Et il interdit la turpitude, l’acte répréhensible et la rébellion. Il vous exhorte afin que vous vous souveniez.

Coran 16, 90

Et ne semez pas la corruption sur terre après qu’elle ait été réformée. Et invoquez-Le avec crainte et espoir, car la miséricorde de Dieu est proche des bienfaisants.

Coran 7, 56

Et dépensez dans le sentier de Dieu. Et ne vous jetez pas par vos propres mains dans la destruction. Et faites le bien car Dieu aime les bienfaisants. Coran 2, 195


Tout comme la foi sincère s’actualise dans le comportement et conduit à la rectitude, la philosophie théorique islamique de façon générale impacte l’attitude et la psychologie du musulman et de la musulmane, car elle les inscrit dans leur cadre naturel et dans un ordre de valeur dans lequel se trouve au centre l’humilité. En effet, avoir foi en la prédestination, c’est accepter la volonté divine avec humilité et positivité, ainsi que la transcendance du divin :


Les regards ne peuvent l’atteindre, cependant qu’Il saisit tous les regards. Et Il est le Doux, le Parfaitement Connaisseur.

Coran 6, 103

C’est Lui qui détient les clefs de l’Inconnaissable. Nul autre que Lui ne les connaît. Et Il connaît ce qui est dans la terre ferme, comme dans la mer. Et pas une feuille ne tombe qu’Il ne le sache. Et pas une graine dans les ténèbres de la terre, rien de frais ou de sec, qui ne soit consigné dans un livre explicite. Et, la nuit, c’est Lui qui prend vos âmes, et Il sait ce que vous avez acquis pendant le jour. Puis Il vous ressuscite le jour afin que s’accomplisse le terme fixé. Ensuite, c’est vers Lui que sera votre retour, et Il vous informera de ce que vous faisiez.

Coran 6, 59 – 60

Adorez Dieu et ne Lui donnez aucun associé. Agissez avec bonté envers (vos) père et mère, les proches, les orphelins, les pauvres, le proche voisin, le voisin lointain, le collègue et le voyageur, et les esclaves en votre possession, car Dieu n’aime pas, en vérité, le présomptueux, l’arrogant.

Coran 4, 36

C’est également accueillir ce qui nous arrive positivement, que nous le comprenions ou non, et cela, au-delà de nos perceptions immédiates. Accueillir ce qui advient avec humilité car Dieu est Omniscient et Il « n’aime pas les arrogants. » Coran 28, 76


Cette philosophie de vie et le comportement qu’elle induit peut se résumer dans le hadith suivant :


Quiconque constate un fait blâmable doit intervenir pour le corriger par la main, s’il n’est pas capable qu’il le fasse par la langue, s’il n’en est pas capable qu’il le désapprouve en son for intérieur, c’est là le degré le plus faible de la foi. »

Hadith authentique rapporté notamment par an-Nasâî, Mouslim, Ibn Majâ et Ahmad (Les quarante hadiths d’an-Nawâwî)


Comme les versets coraniques précités l’affirment, l’orgueil est une attitude en totale contradiction avec les préceptes islamiques. Rappelons que le premier à avoir fait preuve d’orgueil est Ibliss – satan, qui, s’estimant meilleur que l’Homme, a refusé d’obéir à un ordre divin et a connu la damnation pour cela (Coran 38, 71 – 74).


Enfin, al ihrsan – la bienfaisance – l’excellence – ou l’actualisation de cette philosophie au quotidien, c’est, d’après le hadith auquel nous faisions allusions au début de ce chapitre : « adorer Dieu comme si on Le voyait car si on ne Le voit pas Lui nous voit ».


Dieu étant présent en l’Homme et hors de lui, al ihrsan conduit l’individu à être attentif et discipliné. Il devra notamment être attentif à ce qui se passe dans son cœur, dans sa tête, et, devra sans cesse questionner ses intentions, c’est-à-dire ce qui motive réellement ses actions.


L’un des pièges de l’égo étant l’ostentation, il devra faire attention à ne pas rendre vaines ses actions par péché d’orgueil. En effet, Dieu a connaissance de ce qui se passe en lui et hors de lui. En outre, en islam c’est l’intention qui détermine la valeur et le résultat d’une action et non pas le succès effectif ou l’échec de cette dernière. Nous avons donc une obligation de moyen mais pas une obligation de réussite car la réussite appartient à Dieu. C’est ainsi qu’Omar, le compagnon du prophète Muhammad, rapporte qu’il a entendu le prophète dire :

« Les actes ne valent que selon les intentions qui les animent et chacun n’a pour lui que ce qu’il a eu réellement l’intention de faire. Aussi, celui qui émigre pour Dieu et Son messager, son émigration lui sera comptée comme étant pour Dieu et Son messager. Et celui qui émigre en vue d’acquérir des biens de ce bas-monde ou d’épouser une femme, son émigration ne sera comptée que pour ce vers quoi il a émigré ».

Hadith rapporté notamment par al-Boukhari et Mouslim (Les quarante hadiths d’an-Nawâwî)


Dans l’ouvrage, ce hadith est accompagné d’un commentaire précisant qu’il est une base fondamentale pour ce qui est des actes du cœur puisque les intentions font parties des actes du cœur, et, que les savants ont considéré qu’il concerne la moitié des adorations car l'intention est la balance des actes intérieurs [a'mâl bâtina].

Certes Dieu a inscrit les bonnes actions comme les mauvaises, puis Il les expose de la façon suivante : Quiconque décide d’accomplir une bonne action mais ne l’a pas faite, Dieu la lui inscrit auprès de Lui comme étant une bonne action complète. Quiconque décide d’accomplir une bonne action et parvient effectivement à l’accomplir, Dieu la lui inscrit de dix à sept cent fois sa valeur, et même plus encore. Quiconque décide de faire une mauvaise action et il ne la fait pas, Dieu la lui inscrit auprès de Lui comme étant une bonne action. S’il décide de la faire et la fait effectivement, Dieu la lui inscrit comme étant une seule mauvaise action.

Hadith authentique rapporté notamment par Al Boukhârî, Ahmad et Mouslim (Les quarante hadiths d’an-Nawâwî)

Enfin, il est important de rappeler que la patience et l’endurance, tout comme le fait d’avoir une attitude positive face à la vie, sont des valeurs importantes prônées par le coran :

Et supporte patiemment la décision de ton Seigneur. Car en vérité, tu es sous Nos yeux. Et célèbre la gloire de ton Seigneur quand tu te lèves ; Glorifie-Le une partie de la nuit et au déclin des étoiles.

Coran, 52, 48 – 49


Puisse t-il être nous aider dans nos combats intérieurs et extérieurs ! Amin​


Bibliographie



La crise du monde moderne, René Guenon (Gallimard, 1973)


Le Livre du Dedans, Rumi (Acte Sud, 2010)


Le Saint Coran (traduction en langue française, Dar Al-Bouraq)


Les Confessions, Saint Augustin (Augustin d'Hippone) (Flammarion, 1993)


Les Quarante hadiths de l'imam An-Nawâwî (avec commentaires) par cheikh Al-'Uthaymîn (Al Madina, 2012)


Muhammad, vie du prophète, Tariq Ramadan (Archipoche, 2008)


Riyad as salihin (Le Jardin des vertueux) (Dar Al-Gharb al Islami, 1994)


Soufi, mon amour, Elif Shafak (10/18, 2011)


Vie et enseignement de Tierno Bokar, Amadou Hampaté Ba (Points, 2014)



☪☪