LOGO (2).jpg

[Extrait] Ibn Arabi et la poésie


Art islamique, symétrie


« Je sus alors que ma parole atteindrait l’Orient et l’Occident. »

La raison qui m’a conduit à proférer de la poésie (shi’r) est que j’ai vu en songe un ange qui m’apportait un morceau de lumière blanche ; on eût dit qu’il provenait du soleil.


« Qu’est-ce que cela ? », demandai-je.


« C’est la sourate al-sh’u’arâ (Les Poètes) » me fut-il répondu.


Je l’avalai et je sentis un cheveu (sha’ra) qui remontait de ma poitrine à ma gorge, puis à ma bouche. C’était un animal avec une tête, une langue, des yeux et des lèvres. Il s’étendit jusqu’à ce que sa tête atteigne les deux horizons, celui d’Orient et celui d’Occident. Puis il se contracta et revint dans ma poitrine ; je sus alors que ma parole atteindrait l’Orient et l’Occident. Quand je revins à moi, je déclamai des vers qui ne procédaient d’aucune réflexion ni d’aucune intellection. Depuis lors cette inspiration n’a jamais cessé.


Ibn ‘Arabi, extrait du Diwan al Ma’arif